Skip to content

Concept : idée vraie

Lecture des axiomes du De Deo

Les définitions et axiomes du De Deo posent les notions et principes fondamentaux de l’ontologie – et de l’épistémologie – spinoziste. On ne les comprendra vraiment, et leurs enjeux, que quand on les verra fonctionner dans les propositions.   LES AXIOMES Axiomes (principes évidents par eux-mêmes) : Définissent les relations entre toutes les « choses » qui viennent […]

Lecture des définitions et axiomes du De Mente

Toutes les définitions, malgré leur caractère disparate, portent sur la « nature naturée », sans référence particulière à l’essence humaine, mais délimitent le domaine d’étude de la partie. En revanche les axiomes sont consacrés entièrement à l’homme, à « nous ».   DEFINITIONS Déf. 1 : Par corps, j’entends un mode qui exprime, de manière précise et déterminée, l’essence de […]

Lecture des propositions I à VII du De Mente

Après l’ontologie générale de le partie I, la partie II de l’Ethique resserre le propos sur l’homme et la béatitude de son âme (Cf. Préface). Les définitions du De Mente concernent la nature naturée et en fixent les éléments fondamentaux : qu’est-ce qu’un corps, une idée (et une idée adéquate), une chose singulière, la durée. Les […]

Lecture des propositions XIV à XXIII du De Mente

Une fois déterminée la nature de l’âme humaine – idée d’un corps humain, prop. 13 -, puis les quelques éléments nécessaires concernant la nature de son objet – « abrégé de physique » situé entre les prop. 13 et 14 -, sont déduits de ces points les principes élémentaires de l’activité (ou puissance) de l’âme humaine. La […]

Lecture des propositions XXXII à XXXVI du De Mente

« De la nature du vrai et du faux » (Guéroult, 301-323) Ces cinq propositions servent en quelque sorte de préambule à la déduction de la connaissance rationnelle (2e et 3e genre), qui commencera à proprement parler avec la prop. 37. L’enjeu de ces propositions est avant tout de redéfinir la relation entre « vérité » et « erreur », de […]

Lecture des propositions I à VII du De Servitute

Les premières propositions du De Servitute – 1 à 18 – développent la condition naturelle de servitude des hommes, en tant que ceux-ci sont généralement dominés par leurs passions – par la « force des affects » -, parce qu’il sont soumis aux rencontres et aux causes extérieures, en tant qu’ils sont des « parties » de la nature. […]