Skip to content

Concept : idée vraie

Lecture des axiomes du De Deo

Les définitions et axiomes du De Deo posent les notions et principes fondamentaux de l’ontologie – et de l’épistémologie – spinoziste. On ne les comprendra vraiment, et leurs enjeux, que quand on les verra fonctionner dans les propositions.   LES AXIOMES Axiomes (principes évidents par eux-mêmes) : Définissent les relations entre toutes les « choses » qui viennent […]

Lecture des définitions et axiomes du De Mente

Toutes les définitions, malgré leur caractère disparate, portent sur la « nature naturée », sans référence particulière à l’essence humaine, mais délimitent le domaine d’étude de la partie. En revanche les axiomes sont consacrés entièrement à l’homme, à « nous ».   DEFINITIONS Déf. 1 : Par corps, j’entends un mode qui exprime, de manière précise et déterminée, l’essence de […]

Lecture des propositions I à VII du De Mente

Plan des 13 premières propositions du De Mente : –    1 et 2 : pensée et étendue comme attributs divins (attributs) –   3 et 4 : réalité de l’idée de Dieu ou intellect infini (modes infinis immédiat et médiat, effets de la puissance divine comme pensée) –    5, 6 et 7 : résultats de l’activité […]

Lecture des propositions XIV à XXIII du De Mente

Une fois déterminée la nature de l’âme humaine – idée d’un corps humain, prop. 13 -, puis les quelques éléments nécessaires concernant la nature de son objet – « abrégé de physique » situé entre les prop. 13 et 14 -, sont déduits de ces points les principes élémentaires de l’activité (ou puissance) de l’âme humaine. La […]

Lecture des propositions XXXII à XXXVI du De Mente

« De la nature du vrai et du faux » (Guéroult, 301-323) Ces cinq propositions servent en quelque sorte de préambule à la déduction de la connaissance rationnelle (2e et 3e genre), qui commencera à proprement parler avec la prop. 37. L’enjeu de ces propositions est avant tout de redéfinir la relation entre « vérité » et « erreur », de […]

Lecture des propositions I à VII du De Servitute

Les premières propositions du De Servitute – 1 à 18 – développent la condition naturelle de servitude des hommes, en tant que ceux-ci sont généralement dominés par leurs passions – par la « force des affects » -, parce qu’il sont soumis aux rencontres et aux causes extérieures, en tant qu’ils sont des « parties » de la nature. […]