- spinoza.fr - http://spinoza.fr -

Lecture complémentaire de la définition VIII du De Deo

Définition VIII – Par éternité, j’entends l’existence même, en tant qu’on la conçoit suivre nécessairement de la seule définition d’une chose éternelle.
Explication
En effet, une telle existence se conçoit, de même que l’essence de la chose comme une vérité éternelle, et pour cette raison elle ne peut s’expliquer par la durée ou le temps, quand même on concevrait la durée sans commencement ni fin.

L’éternité est l’existence nécessaire elle-même ou en tant que telle, c’est-à-dire celle de la cause de soi, chose qui par là même est dite « éternelle », et en cela objet d’une « vérité éternelle ».

La démonstration de la prop. 23 du De Deo, précisera : « l’infinité et la nécessité de l’existence, autrement dit (c’est, par la définition 8, la même chose) l’éternité ».

Ainsi que le précise l’explication, cette éternité n’est pas à concevoir comme une durée/temps illimité(e), mais comme un « hors-temps », comme ce qui est « de toute éternité », ce qui n’est pas de l’ordre de ce qui commence ou de ce qui finit.

C’est l’existence – ou l’existentialité – absolue, infinie et nécessaire, non relative à quelque durée ou temps que ce soit : cette éternité – tant sur le plan de l’être que sur celui de l’idée – est donc celle de toute substance, comme l’établira le scolie II de la prop. VIII : « il faut nécessairement avouer que l’existence d’une substance, tout comme son essence, est une vérité éternelle » (cf. le commentaire de ce scolie).

En revanche, bien sûr, l’existence factuelle/factice (non nécessaire) des modes se caractérisera par la durée.

Dans la proposition XIX du De Deo, sera établi que « Dieu, autrement dit, tous les attributs de Dieu sont éternels ».

A la toute fin de L’Ethique, dans la démonstration de la prop. XXX de la partie V, Spinoza écrira, en référence à cette définition VIII : « L’éternité est l’essence même de Dieu, en tant qu’elle enveloppe l’existence nécessaire ». Autrement dit, l’éternité est Dieu même, en tant que cause de soi, en tant que coïncidence absolue entre essence et existence.